Poster un commentaire à la suite de l’article...

mercredi 12 décembre 2018
par  Lucien Farhi

Macron face à la révolte

Si l’on comprend bien le discours, le Président pense, qu’en France, les riches sont trop pauvres, les pauvres trop riches, les citoyens trop libres et pas assez xénophobes... Cela nous promet un bel avenir.
François Valla
Le vent de révolte qui souffle contre Macron et sa politique ne date pas (...)

En réponse à...

vendredi 21 décembre 2018 à 22h21

Réaction Lucien Farhi aux commentaires affichés sur le site

Je voudrais d’abord tous vous remercier d’avoir pris un peu de votre temps pour lire – et pour certains, commenter – mon analyse de la crise.
Il ne me semble pas trahir votre pensée en avançant que, globalement, vous souscrivez à la proposition selon laquelle la recherche démesurée du profit est la cause première des évènements graves qui ont marqué ces dernières semaines. La précarisation des emplois, un chômage endémique, ont créé des inégalités croissantes de revenus, insuffisamment compensées par les transferts sociaux. Une fiscalité inadaptée a fait le reste.

Confrontées à cette situation – aggravée, dans les territoires ruraux comme dans les banlieues, par la dégradation des services publics –, les classes populaires ont eu le sentiment non seulement que leurs souffrances n’étaient pas prises en compte par la représentation nationale mais, en plus, qu’elles étaient objets de mépris pour les élites dirigeantes du pays. Il en est résulté une rancœur qui a fini par ruiner leur confiance en la démocratie représentative.

Je n’avais pas l’ambition d’aborder ces questions. Mais Geneviève Jacques l’a fait dans son commentaire, centré bien davantage que ne l’était mon texte, sur les gilets jaunes. Elle a eu raison. Car, si l’on cherche un fil directeur, un repère concret pour orienter et évaluer nos politiques pour les mois et les années qui viennent c’est, entre autres, dans le sort donné à ce mouvement qu’il faudra le chercher.

Je vais donc commencer par dire quelques mots des gilets jaunes, puis évoquer plus rapidement deux autres points soulevés dans vos commentaires, l’action des media et le formatage des élites.

Les gilets jaunes
En définitive, quel est l’enjeu ? Pour moi, il n’y a pas de doute : il faut tout faire pour que l’énergie qui anime la vague de fond qui secoue aujourd’hui les classes populaires soit orientée vers la bonne issue, c’est-à-dire celle de la construction d’un monde nouveau, plus égalitaire, donc plus fraternel. L’entreprise est ardue, il ne faut pas se méprendre sur la difficulté ni sur le temps qu’il faudra pour obtenir des résultats tangibles. Ce n’est pas un pari gagné, loin de là. Tout le monde sait l’hétérogénéité qui caractérise les gilets jaunes. Les tentations d’extrême droite y sont présentes, nourries par l’échec politique de la gauche au pouvoir et stimulées par les provocations maladroites du gouvernement actuel. L’arrivée au pouvoir en France d’une coalition droite/extrême droite n’est plus une hypothèse-fiction. Pouvons-nous un seul instant imaginer ce que serait notre existence quotidienne dans une France xénophobe, raciste, un État policier, une justice aux ordres, une école pervertie, les soins de qualité réservés aux plus riches, les media à la botte ? Tout doit être subordonné à l’objectif d’éviter une telle issue.

Or, il se trouve, que les classes populaires semblent se retrouver dans les comportements des gilets jaunes. Elles se retrouvent dans des personnes âgées aux maigres retraites, des caissières de supermarchés soumises à des temps partiels non choisis, des travailleurs astreints à des temps de transports démesurés, le tout avec la perspective d’un chômage programmé par les robotisations et autres délocalisations.

Alors, si l’on veut bien tenir compte de ces réalités, la première chose à changer est notre propre regard sur les gilets jaunes. Ne moquons plus l’inventaire désordonné de leurs revendications, sans parler des contradictions que certaines d’entre elles recèlent ou, pour d’autres, de leur inadéquation aux buts recherchés.

Ensuite, être accueillant pour leurs essais de démocratie directe. Par exemple, le référendum d’intérêt citoyen (RIC). Pour moi, c’est une fausse bonne idée. On sait la tendance au plébiscite que le referendum revêt dans notre pays, sans parler de l’ambigüité qu’il y a à résumer un problème complexe par un caricatural OUI/NON. Je pense, au contraire, qu’une démocratie directe commence par un apprentissage à modeste échelle. Si l’on m’avait dit que l’on allait expérimenter une tentative au niveau d’une commune, consistant en plusieurs réunions de ses habitants pour élaborer ensemble un budget communal, je serais plus rassuré, même s’il fallait attendre plusieurs années pour y arriver. Mais j’imagine que le gouvernement ne veut surtout pas encourager un processus de ce type, capable de donner vraiment des idées de démocratie heureuse et participative à la population. Cela étant, s’il n’y a que le RIC à se mettre sous la dent, va pour le RIC. Et profitons-en pour, à l’occasion des débats, faire entendre notre petite musique.

Comprenons pour l’essentiel que ce qui est grave, concernant les gilets jaunes, ce n’est pas d’être en désaccord sur telle de leurs revendication ou tel de leurs comportements, c’est de les mépriser ou même de seulement en avoir l’air. Je sais que pour d’aucuns, il est difficile d’avaler certains comportements irresponsables (comme rappelé avec raison par Jacques Vercueil à propos de la destruction de radars). Là, on touche au problème de la violence. Samy Durand-Gasselin, lui, trouve, au contraire, que le texte ne mentionne pas suffisamment la violence institutionnelle dont sont victimes les classes populaires. Je ne peux malheureusement apporter de réponse satisfaisante à aucun des deux protagonistes. Comme je l’ai dit dans le texte, j’observe cette violence, historiquement compagne indissociable des révolutions. Néanmoins, il existe des cas d’exception : Nelson Mandela n’ouvre-t-il pas la porte à l’espoir, pour ce qui est de l’avenir ? C’est tout le bien que je nous souhaite.

Passons maintenant aux deux points évoqués ci-dessus dans les commentaires.

L’attitude des media dans cette affaire. Jacques Pierre m’a reproché ma sévérité, rappelant au passage l’intérêt des articles publiés par Le Monde, Télérama et d’autres. C’est exact, je n’aurais pas dû généraliser. À ma décharge, anxieux de suivre de près le déroulement des évènements, j’ai écouté plus que de coutume France-info et vu plus que de raison BFM TV. Je ne suis pas équipé pour mesurer exactement les temps respectifs consacrés à l‘audition des différents témoins convoqués dans les tables rondes et les reportages sur le terrain. Mais je suis prêt à parier sur une complaisance plus que marquée en faveur des thèses favorables à la « Loi et l’Ordre » au détriment de tout ce qu’il pouvait y avoir de dérangeant dans les revendications des contestataires. De ce point de vue, je ne peux que manifester mon complet accord avec le commentaire apporté spécifiquement sur le sujet par Chandra Covindassamy.

Sur le deuxième point, le « formatage » de nos élites, là encore, j’ai peut-être péché par excès de sévérité. Oui, bien entendu, il existe de hauts fonctionnaires qui non seulement accomplissent leurs tâches du mieux qu’ils le peuvent, mais encore le font avec efficacité et créativité. Quant aux comportements moutonniers que j’ai voulu stigmatiser dans leurs lieux mêmes de formation, je dois dire ici, pour lever toute ambigüité, qu’ils sont au moins aussi répandus dans le secteur privé que dans la haute fonction publique.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 48 prochains mois

Annonces

Pour les migrants !


Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 24 septembre 2021

Publication

451 Articles
54 Albums photo
35 Brèves
Aucun site
29 Auteurs

Visites

47 aujourd’hui
179 hier
120186 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés